EPIDEMIE DE CORONAVIRUS

L’entrée du bâtiment n’est possible qu’avec le port d’un masque

L'entrée du bâtiment est strictement interdite aux enfants

Pour les inscriptions cliquez ici puis voir en bas de page

pour joindre le centre d’appel : 01 58 41 39 39

CONSULTATIONS   

Aucun accompagnant n'est autorisé, ni en salle d'attente, ni en consultation.

En échographie, la présence d’un accompagnant est possible.

Avant votre consultation d’anesthésie, consultez le site https://preanesthesie.fr

LES COURS DE PREPARATION  A L’ACCOUCHEMENT ne sont pas assurés sur la maternité durant l’été. Contactez une sage-femme libérale du réseau.

 

HOSPITALISATIONS

Les visites sont limitées à un seul et unique accompagnant avec les impératifs suivants:

  • Il doit porter un masque. 
  • Il peut être présent auprès de vous en salle d'accouchement, puis de 8h à 20h dans le service de suites de naissance jusqu’à votre sortie de la maternité. Il ne peut pas rester la nuit.
  • En cas d’hospitalisation durant la grossesse, sa présence est possible de 13h à 20h.
  • Il doit limiter au maximum ses déplacements hors de la chambre. 
  • Un accompagnant qui présenterait une fièvre ou des signes respiratoires n’est pas autorisé.

Ces mesures sont amenées à évoluer en fonction des recommandations.

Hémorragie de la délivrance Imprimer E-mail

Elle est définie par la survenue d'une perte de sang supérieure à la normale dans les suites immédiates de l'accouchement. Elle concerne environ 5% des accouchements. Après la naissance de l'enfant, survient la délivrance qui correspond à l'expulsion du placenta. Celle-ci doit avoir lieu dans les 30 minutes qui suivent l'accouchement. Au delà de ces 30 minutes, si la délivrance ne s’est pas faite naturellement, le placenta sera retiré manuellement.

 

L'hémorragie de la délivrance survient généralement dans les minutes qui suivent la délivrance, mais elle peut survenir dans les 24 premières heures suivants l’accouchement. Elle a dans la majorité des cas pour cause une mauvaise rétraction de l'utérus, appelée atonie utérine. Cette rétraction est nécessaire car elle permet de comprimer les vaisseaux sanguins utérins et de diminuer sensiblement les saignements. Ainsi en l'absence d'une bonne rétraction utérine, une prise en charge active sera réalisée par l'équipe médicale, au niveau de l’utérus, afin de vérifier qu’il ne reste pas une partie du placenta et au niveau du vagin afin de vérifier l'absence de déchirure.

 

Dans le même temps des médicaments permettant d’augmenter la tonicité de l’utérus seront administrés. Dans la majorité des cas, ces mesures permettront d’arrêter les saignements. Par sécurité, la surveillance en salle d'accouchement pourra être légèrement prolongée. Un traitement par fer sera fréquemment prescrit dans les suites et plus rarement une transfusion sanguine.
Exceptionnellement, en l'absence d'efficacité des mesures initiales, une prise en charge par les radiologues pourra être proposée (embolisation) voire une prise en charge chirurgicale.

.

 

puce-retour Sommaire Obstétrique


22 février 2010 - Mis à jour : 17 décembre 2012
 

Ce site utilise Google Analytics pour analyser l'audience du site et améliorer son contenu. Pour plus d'information, vous pouvez consulter la page sur les règles de confidentialité relatives à l'utilisation de Google Analytics. Si vous ne voulez pas que les informations non personnelles relatives à votre visite (cookies) soit enregistrées, vous pouvez modifier les paramètres de votre navigateur ou installer ce module pour la désactivation de Google Analytics.

Gestion des cookies